Faire construire sa maison en Gironde

Faire construire sa maison sur le littoral, notamment en Aquitaine, pour y couler des jours heureux est le rêve de nombreux citadins, mais choisir un constructeur de maison en Gironde s’avère souvent plus compliqué.

Voici quelques conseils à prendre en compte pour faire construire sa maison en Gironde.

S’éloigner du centre de Bordeaux

Si vous souhaitez avoir une maison sur le littoral, rien ne sert d’aller regarder les prix du côté de Bordeaux. En effet, on y trouve surtout des prix relatifs aux habitations urbaines.
Si vous souhaitez vous installer dans une petite ville d’Aquitaine, déterminez déjà le périmètre qui vous intéresse le plus.

Faire appel à un constructeur de maison en Gironde dédié aux habitations en littoral

Sachez cependant que certaines lois empêchent la construction de maisons sur le littoral français. En effet, les dunes, la faune et la flore peuvent être protégés par des lois visant à respecter la nature. Dans ce cas, rien ne sert de vous entêter, cherchez une autre commune capable d’accueillir votre toit.
Un constructeur de maison en Gironde spécialisé sur le secteur littoral comme celui-ci, par exemple, saura vous aiguiller et vous conseiller afin de vous offrir la maison de vos rêves en prenant en compte vos envies, mais aussi les contraintes juridiques qu’un tel projet peut engendrer.

Méfiez-vous des agences qui vous promettent de parvenir à contourner le problème, car même si le conseiller vous assure avoir des connexions, jamais il ne pourra installer votre maison en bord de mer si un décret l’en empêche.

Bien calibrer son budget

L’Aquitaine est une région très prisée, il faut donc vous attendre à des prix plus forts que pour une maison située dans une région moins recherchée.
En effet, un constructeur de maison en Gironde ne propose pas les mêmes tarifs qu’un constructeur de maison en Franche-Comté par exemple. Si vous êtes parisien et que vous pensez qu’en partant vivre en Province, vous trouverez des maisons moins chères qu’en faisant appel à un constructeur de maison en Ile-de-France, vous vous trompez. Les maisons sur le littoral sont très prisées. Beaucoup de français rêvent de pouvoir vivre pleinement leur retraite en faisant construire un bien en bord de mer, mais cela demande évidemment un certain budget. D’autant plus dans un département comme la Gironde, qui est très apprécié.

Les nuits magiques : festival du film d’animation à Bordeaux 

Du 28 novembre au 9 décembre 2018 se tenait la 28ème édition du festival international du film d’animation à Bordeaux, et plus précisément au cinéma Le festival de Bègles.  

Édition 2018 avec un très beau programme  

Le programme des nuits magiques bordelaises de 2018 était une nouvelle fois très riche. 61 courts métrages de film d’animation en provenance de 21 pays différents. Des films russes, du studio SHAR mais aussi la filmographie du réalisateur Garri Bardine. Ce dernier était présent et le public a même pu le rencontrer, ainsi que le belge William Henne du studio Zorobabel.  

Des films dédiés au jeune public ainsi qu’un véritable scoop. En effet, le film Astérix et la potion magique y était présenté en avant première, preuve de la renommée du festival. 

Palmarès du festival du film d’animation Mes nuits magiques 2018 

Le palmarès 2018 à récompensé  

  • The brave Heart, UK, catégorie Humour 
  • Xian, France, catégorie Fantastique 
  • Raymonde ou l’évasion verticale, France, catégorie Emotions 
  • Boléro paprika, France, catégorie Société 
  • Whiteland, Russie, catégorie Curiosités 
  • Simbiosis carnal, Belgique, catégorie Coquin 
  • La boîe, France, catégorie Jeune public 
  • La mort, père et fils, France, prix des lycéens et des collégiens

Preuve s’il en est que le film d’animation français plait encore autant en 2018.  

Ce festival fut un beau succès, et nous leur souhaitons une belle édition 2019 ! 

Pour rappel, sont partis prenantes dans cette belle organisation, les bibliothèques de Bordeaux et de Bègles, la ville du Haillan et la ville de Bègles, la Drac Nouvelle Aquitaine, la région et le département, sans oublier l’association Flip-Book et le cinéma Le Festival à Bègles.

Bordeaux : une startup se lance dans l’impression 3D de pièces de voitures anciennes

Si vous êtes un collectionneur de voitures, et plus particulièrement de « youngtimers » , alors vous savez à quel point il peut être difficile de trouver la petite pièce d’ornement qui manque au tableau de bord, ou dans l’habitacle. Grâce à GRYP, ce problème peut être réglé rapidement grâce à l’impression 3D. La start-up originaire de Bordeaux, créée à l’initiative de Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem, séduit de plus en plus de passionnés.

La reproduction de pièces détachées pour voitures de collection, une idée ingénieuse

Pas facile à l’heure actuelle de trouver la pièce détachée manquante dans les concessions ou les casses, surtout lorsqu’il s’agit d’un accessoire pour youngtimers, ces voitures éditées entre les années 1970 et 2000.

La plupart des collectionneurs se voient dans l’obligation de passer commande dans les pays de l’Est, ce qui représente une dépense considérable et des délais de livraison relativement longs.

GRYP, la start-up bordelaise, a trouvé la solution grâce à l’impression 3D. Les passionnés de voitures de collection, un secteur en plein essor, peuvent alors commander la pièce manquante, qui sera imprimée en plastique grâce à la technologie de l’impression 3D. Il s’agit d’un matériau particulièrement économique, bien moins onéreux que le métal.

Aussi, les services de GRYP concernent majoritairement les amateurs de youngtimers, des véhicules dont les pièces qui composent l’habitacle ont été conçues à l’origine dans du plastique.

Un service qui séduit les collectionneurs

L’idée de Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem est simple : le collectionneur se déplace pour présenter la pièce endommagée. Elle sera alors redessinée par les créateurs de GRYP, puis imprimée en 3D.

Le but des deux entrepreneurs ? Élargir leur catalogue au maximum. Aussi, le dessin (qui est pourtant la partie la plus onéreuse du processus d’impression) est gratuit, le collectionneur donnant alors son accord pour que celui-ci soit préservé dans la banque de données de l’entreprise.

Des perspectives intéressantes pour GRYP

Grâce à l’extension de leur catalogue ainsi qu’à la démocratisation de l’imprimante 3D, la start-up espère un jour pouvoir proposer uniquement les plans des pièces détachées. Ce seront alors les collectionneurs qui se chargeront de l’impression, grâce à leur propre équipement.

Retrouvez aussi un prestataire en impression 3D à Bordeaux sur ce lien.